chirurgie esthétique médecine esthétique injection

Injections et chirurgie esthétique : par ou je commence

Injections et chirurgie esthétique : par ou je commence ?

Avant de se lancer, voici ce qu’il faut savoir.

Ride du lion ou sillons, manque d’éclat ou de fermeté, ovale flou… les signes de l’âge s’installent progressivement selon une chronologie remarquée par les experts, du haut vers le bas du visage.
Pour autant, nos ne réagissons pas toutes de la même façon à leur apparition. La jeune femme qui découvre sa première ride voudra qu’elle disparaisse. La femme plus mature sait qu’une ride n’est pas si dramatique et traquera plutôt le relâchement.

Une question d’âge alors ?

Pas seulement. Le vieillissement dépend plus de la morphologie et de facteurs extérieurs comme le milieu social, le poids, l’alimentation. Surtout, sa perception est très variable. Certaines trentenaires consultent par prévention, convaincues des bénéfices de la médecine esthétique sur leur mère, superbe, quand des quadras freinent des stilettos par peur de ressembler à une tante ou à une amie qui en fait trop. A tout âge, on voit des femmes venir pour un premier traitement .
Ce qui les gêne ? 80 Ù se plaignent d’une expression négative : fatigue, tristesse, sévérité ou anxiété. Dans un visage, il y a toujours une zone de fragilité prioritaire…

La qualité de la peau

On s’en soucie à tout âge, un bon réflexe. Les jeunes femmes qui sortent beaucoup ou viennent d’avoir un bébé déplorent leur air fatigué alors qu’elles se sentent en forme. Elles se rendent compte que leur peau change, qu’elle n’a plus la même densité, surtout après le bouleversement hormonal.
Leur demande : avoir bonne mine. Même préoccupation chez les quadras contrariées par leur image dans le miroir, surtout quand elles ont abusé du soleil ou de la cigarette. Quant aux quinquas, peu s’habituent au manque de fermeté et d’éclat de leur peau. A chaque problématique sa solution ciblée.

Parfois, les médecins combinent les techniques : peeling superficiel à l’acide glycolique pour dégriser un teint terne et resserrer les pores ; multi-injections superficielles d’acide hyaluronique non réticulé parfois associé à des vitamines (mésothérapie) pour repulper une peau déshydratée ; laser pour dégommer des taches isolées… Sans oublier le traitement cosmétique de fond prescrit par le médecin, crème aux acides de fruits (AHA), à la vitamine C ou à la vitamine A acide : plus costaud qu’un soin anti-âge lambda, à suivre pendant trois à six mois pour restaurer ou maintenir une belle qualité de peau.

Le front
Ce qui gêne le plus souvent ?

Cette fameuse ride du lion fichée entre les sourcils qui donne l’air sévère ou anxieux. Si elle se marque au fil des années et dérange autour de la quarantaine, elle peut s’installer dès 30 ans chez des personnes très expressives.
La parade ?
Une injection de toxine botulique pour relaxer les muscles responsables de ces rides d’expression. A partir de 35 ans, le médecin traitera aussi les rides horizontales et la région du sourcil pour bien ouvrir le regard. Quand on est réfractaire à la fameuse toxine, une injection d’acide hyaluronique peut combler la cassure de la peau, mais le résultat ne dure pas plus de quatre mois puisqu’on continue de froncer les sourcils.

Le contour des yeux

Dans cette zone hyper mobile, la peau très fine se marque facilement. Passé 30 ans, une femme sur deux se dit préoccupée par son contour de l’oeil. Il n’est pas rare qu’une jeune femme consulte pour ses cernes colorés, pour lesquels le médecin ne peut rien.
En revanche, il les comblera avec de l’acide hyaluronique injecté en profondeur quand ils sont creux. Une intervention délicate réservée aux pros de l’injection. Vers 30/35 ans, les femmes viennent aussi pour des détails, comme une petite fripure au niveau de la paupière inférieure qui leur donnera l ai fatigué.  Des séances de mésothérapie peuvent atténuer ces fines ridules. 

Les rides de la patte-d’oie ?

On s’en soucie autour de 40 ans, rarement après 50. Ce sont des rides du sourire. Une injection de toxine botulique va les diminuer, et repositionner un sourcil qui tombe un peu. On peut aussi lisser ces ridules avec un laser fractionné qui stimule la production de collagène, donc redensifier la peau. Quand les paupières supérieures tombent ou qu’on ne supporte plus ses poches, seule une chirurgie rajeunira le regard, à partir de 45/50 ans.

Le milieu du visage

Passé 40 ans, c’est l’objet de toute notre attention. Et on consulte d’abord pour se débarrasser de sillons nasogéniens marqués, il est alors conseillé de les injecter. Pourtant, petit à petit, on ne voit plus que ça dans le miroir. C’est parce que les tissus situés au-dessus ont glissé, ce qui les alourdit. L’idée est d’injecter de l’acide hyaluronique au niveau de la vallée des larmes, des joues et des pommettes pour les atténuer.
Quand le visage s’est émacié, la restauration des volumes est le traitement phare de « l’air fatigué » : elle consiste à injecter un produit volumateur pour compenser la fonte de graisse au niveau des pommettes et des joues et retrouver ainsi une bonne structure de visage.

La bouche

Même quand une jeune femme a très envie de lèvres plus pulpeuses, elle consulte rarement pour ça, car elle craint de se retrouver avec une grosse bouche. Celles qui ont les lèvres fines de leur mère passent parfois le cap. Le médecin redessine l’ourlet avec de l’acide hyaluronique, en injecte un peu dans le vermillon pour réhydrater les lèvres, ou un peu plus pour les augmenter. Passé 40 à 45 ans, c’est le dessus de la lèvre supérieure et ses ridules qui contrarient fumeuses, championnes de la mimique et fans de bronzage. Pour défroisser ce « plissé soleil » ou « code-barres », le médecin a le choix entre injecter une faible dose de toxine botulique ou un acide hyaluronique très fluide et peu hydrophile pour éviter un résultat bombé peu naturel.

Quand les ridules sont fines et peu nombreuses, le réourlage de la lèvre à l’acide hyaluronique peut suffire à les atténuer. Si elles sont plus marquées et nombreuses, un peeling moyen à l’acide trichloracétique (TCA) ou un laser fractionné est plus radical si on accepte cinq à huit jours de cicatrisation. Et quand le coin des lèvres s’affaisse, ce qui donne l’air triste, la solution passe par un comblement à l’acide hyaluronique pour redresser chacun d’eux et positiver l’expression.

Le bas du visage

Il commence à nous obnubiler vers 45 ans. Il n’y a pas plus énervant que ces petites bajoues qui s’installent ou cet ovale qui se floute. Pour restaurer une bonne densité de peau, les médecins proposent des traitements à effet tenseur dit de « skintightening » avec des appareils de radiofréquence ou de lumière intense pulsée (IPL), des lasers de réjuvénation (de type Nd-Yag) ou fractionnés.
Pour que la peau continue de fabriquer du collagène, il faut chauffer et stimuler. Ce sont des traitements au long cours, la peau redevient plus costaude. Ce n’est pas que de la prévention, on voit l’amélioration au niveau des fines ridules et du froissement des joues. Autre technique pour contrer la perte de fermeté et préserver l’ovale ? Les injections maîtrisées de produits volummateurs qui freinent le relâchement des traits. S’il n’y a pas un excès de peau important que seul un lifting facial corrigera.

Le décolleté et le cou

Quand on a abusé du soleil, le décolleté se fripe et se tache dès 40 ans. Le laser va traiter les taches installées, les séances de mésothérapie (acide hyaluronique faiblement réticulé) réhydrateront bien la peau, en complément d’un traitement cosmétique éclaircissant au long cours et d’une protection solaire carabinée. A partir de 40 ans, c’est malin de freiner la perte de densité de la peau de cette zone fragile : plusieurs séances de radiofréquence, de laser de réjuvénation ou de laser fractionné vont chauffer la peau et stimuler la production de collagène.

Et le cou ?

On peut consulter un chirurgien pour le retendre, vers 55/60 ans, sans avoir jamais rien fait pour ses rides. Le plus souvent, il proposera un lifting cervicofacial pour redessiner aussi l’ovale. Le lifting du cou seul s’envisage quand on a fait des injections pour maintenir une bonne structure de la partie moyenne du visage ou quand on a déjà fait un lifting facial. Une injection de toxine botulique peut atténuer des cordes platysmales marquées, souvent chez une femme mince.

Comment trouver le bon spécialiste ?

Vous ne connaissez personne et votre médecin traitant n’a aucune piste à vous donner ?

Pour une intervention chirurgicale consultez un chirurgien et vérifier ses compétences en chirurgie plastique et esthétique au Conseil de l’ordre des médecins

Pour un acte de médecine esthétique (injections, peelings, lasers), consultez un médecin compétent dans ces domaines.

5 idées reçues sur l’épilation Laser

5 idées reçues sur l’épilation Laser

(Auxquelles nous allons faire la vie dure !)

« L’épilation laser est élitiste ! »

L’épilation laser à la (mauvaise) réputation d’être chère… Et bien en fait il s’agit surtout d’une question de calcul !

L’épilation du maillot dans un « célèbre » centre d’épilation à la cire coûte 360 € par an, en comptant une épilation tous les mois.

Le laser coûte environ 450 € pour la même zone et pour … Très longtemps

 ! L’entretien ne coûte pas le prix d’une épilation initiale et le rendez-vous annuel vous libère l’agenda pour un moment.

Ne dit-on pas « le temps c’est de l’argent  » ?

 

« J’ai la peau mate, je ne peux pas bénéficier de l’épilation laser »

Certainement l’idée reçue la plus difficile à éradiquer car, jusqu’à récemment, les lasers, moins performants, ne permettaient pas (ou mal) d’éliminer des poils noirs sur peau noire.

Bonne nouvelle ! Aujourd’hui, les lasers de dernière génération, associés à des réglages spécifiques (longueurs d’ondes, durée de l’impulsion, puissance…), permettent d’obtenir d’excellents résultats sur les peaux foncées !

Plus d’excuses, la consultation préalable avec le médecin permettra d’évaluer votre peau et ainsi répondre à des attentes personnalisées.

 

« L’épilation laser est douloureuse ! »

Aujourd’hui, les lasers de dernière génération se sont dotés de systèmes de refroidissement. Cet effet glacé a pour conséquence d’  « anesthésier » la peau chauffée par l’impulsion. Il faut dire que oui, le faisceau du laser provoque une douleur, un peu comme si vous claquiez des centaines de petits élastiques sur votre peau…

Mais pour les plus sensibles, en plus du souffle froid, il est possible d’appliquer 1 heure avant la séance, une crème anesthésiante sur la zone à traiter.

 

« L’épilation laser est complétement définitive »

Nous aimerions bien sur vous vous dire le contraire, mais en réalité… nous préférons parler de semi-définitive.Cette méthode éradique 90 % de vos poils. Les poils épilés ne repoussent effectivement pas, les 10 % restant nécessite ce que l’on appelle un entretien…

Par ailleurs ce taux de repousse est très variable en fonction des individus, de certains changements hormonaux comme la ménopause par exemple. Cela ne signifiera pas un échec de l’épilation laser ! Il s’agit du processus normal de la pousse de vos poils.

Nous préférons donc parler d’une épilation semi-définitive ou longue durée.

 

« L’âge de la patiente est un facteur de réussite de l’épilation laser »

Non ! La pilosité est hormono-dépendante. Il s’agit surtout de la patiente dans sa globalité et non de son âge. Certaines adolescentes souffrent d’une pilosité excessive et peuvent donc bénéficier du traitement laser, de même que la ménopause n’est pas une contre-indication !

Seul le nombre de séance peut être incertain dans certains cas, maisle résultat est là !

 

« Le laser est inefficace sur le duvet »

Kim Kardashian a éradiqué le duvet de son front grâce au laser !

Référence ou pas… Cela fonctionne ! Encore une fois, le terme définitif semble inapproprié, cela dit, la longue durée du traitement évitera au patient l’élimination fastidieuse, récurrente et douloureuse de ce duvet à la cire, à la crème ou même pour certains au rasoir.

 

Vous l’aurez donc compris, avant de vous persuader de certaines fausses idées, consultez un professionnel, qui vous apportera des réponses personnalisées, en fonction de votre type de peau, de poils, de sensibilité ou encore de la zone que vous souhaitez traiter !

Médecine esthétique : ce qu'il faut savoir avant de se lancer

Médecine esthétique : ce qu’il faut savoir avant de se lancer

Médecine esthétique : vous n’avez pas encore sauté le pas, mais vous n’en êtes pas loin?

Médecine esthétique : ce qu'il faut savoir avant de se lancerLe Centre Laser Longchanp, fait le point sur les principes à maîtriser avant de se lancer.
En médecine esthétique, la première consultation est cruciale, car elle permet d’établir le diagnostic.

Quelles sont les différences
entre médecine et chirurgie esthétique ?

La médecine esthétique rassemble les techniques peu invasives réalisées en cabinet : les injections,  les lasers et les peelings sont les plus utilisées.

La chirurgie esthétique,
elle, englobe toutes les procédures (lipoaspiration, lifting, etc.) opérées avec un bistouri ; elle est pratiquée en bloc opératoire en clinique par des médecins spécialisés.

Par quelle intervention de médecine esthétique commencer et à quel moment ?

La réponse est individuelle. On commence à y penser lorsque l’on n’apprécie plus son image. Cela peut arriver dès 30 ans. Et ce n’est pas forcément pour paraître plus jeune! On cherche parfois à atténuer des expressions de colère, de fatigue ou de sévérité. Les réponses sont nombreuses.
Un teint terne parsemé de taches peut être traité avec un peeling ou un laser. Les rides marquées, comme les rides du lion (entre les yeux), le sillon naso-génien (de part et d’autre du nez), les plis d’amertume (de chaque côté de la bouche) peuvent être adoucies par des injections.

Comment s’assurer que les appareils et les produits sont inoffensifs ?

Les peelings sont pratiqués depuis plus d’un siècle. Accomplis par des mains entraînées, ils sont parfaitement fiables.
On possède aujourd’hui un recul de plus de vingt ans sur certains lasers (vasculaire, pigmentaire ou fractionné – ce dernier laser de rajeunissement cutané qui abrase l’épiderme en laissant des zones de peau saine pour une récupération plus rapide). Ces appareils doivent présenter le marquage CE.

L‘acide hyaluronique est- il un produit sûr ?injection botox toxine botulique nice

C’est l’un des produits les plus populaires de ces dernières années, au point qu’on l’utilise sur l’ensemble du visage. Il a très bonne réputation, car il est naturellement présent dans notre corps. En pratique, ce sucre se combine à l’eau présente dans la peau pour combler les rides et restaurer les volumes. Il est rassurant, car il se dégrade rapidement: entre douze et vingt-quatre mois selon sa viscosité.
La plupart des médecins déconseillent d’ailleurs, par sécurité, l’usage de produits non résorbables qui restent dans le corps et peuvent entraîner des complications des années après l’injection.

Aujourd’hui, on utilise des substances de synthèse, très peu allergisantes, dotées d’un marquage CE qui garantit leur sécurité. Une vingtaine d’acides différents sont disponibles en France. N’hésitez donc pas à poser des questions au médecin.

Quelle est l’action de la toxine botulique ?

On la connaît bien: c’est un produit relaxant, qui diminue la contraction musculaire là où il est injecté… et, donc, les rides. Son effet est moins durable que celui de l’acide hyaluronique: il est d’environ cinq à six mois. On l’injecte le plus souvent pour corriger les rides du tiers supérieur du visage, sur le front. Les médecins expérimentés l’utilisent aussi dans le pourtour des lèvres, le cou, etc. Les complications sont rares et réversibles.
C’est un médicament. En France, les médecins autorisés (ORL, Ophtalmologistes, dermatologues, Chirurgie Plastique, Chirurgie de la Face) doivent utiliser l’un des trois produits possédant une autorisation de mise sur le marché [AMM] : Vistabel, Azzalure ou Bocouture.

Demandez toujours à voir le produit avant son injection et discutez avec le médecin à propos de chaque zone de votre visage. C’est le premier pas pour obtenir un résultat subtil.

Quelles questions faut-t-il poser au médecin avant de se lancer ?

La première consultation est cruciale, car elle permet d’établir le diagnostic. C’est le moment de poser toutes les questions que vous souhaitez. Si le montant de l’acte est supérieur à 305 euros, le médecin doit vous remettre un devis, que vous signerez le jour de l’intervention, ainsi qu’une fiche d’informations.
Elle précise tous les détails: les caractéristiques du produit ou de l’appareil utilisé, les précautions à prendre avant et après l’intervention, les suites du traitement, les complications potentielles, la durée du résultat, etc.

Doit- on modifier ses habitudes cosmétiques à la suite de ces interventions 

Bien sûr! Direction la parapharmacie, pour faire le plein de produits, notamment pour faciliter la cicatrisation. Le médecin peut aussi prescrire des cosmétiques précis: des anti-âge spécifiques, une protection solaire…

Le résultat

Si le médecin vous a bien expliqué le résultat que l’on peut attendre, il n’y a aucun risque d’être déçue. Une consultation est souvent prévue quelques semaines après l’intervention. S’il y a des retouches à faire, il les réalise gratuitement.

Voila maintenant vous êtes « armés » pour décider et choisir la technique esthétique qui vous conviendra le mieux en discutant avec votre médecin.

S’ Epiler ? Quelles méthodes choisir ? 

Epiler-Quelles-methodes-choisirLorsqu’on s’épile, un choix s’offre à nous :
Voulons-nous opter pour une technique d’épilation temporaire ou au contraire une épilation définitive ?

Les critères pour faire notre choix tiennent au nombre de trois : notre résistance à la douleur, le budget que nous voulons  y consacrer, et le temps que nous voulons y passer.

Voilà pour vous une grille de lecture pour choisir la méthode d’épilation qui vous convient le mieux :
Douleur : 0 = pas de douleur, 10 = douleur importante
Durée de l’épilation : 0 = résultat temporaire, 10 = résultat définitif

1- Épilation Temporaire

– S’ Epiler au Rasoir

epiler rasoirDouleur : 0/10
Durée de l’épilation : 0/10
Au rayon de l’épilation, on trouve d’abord l’épilation au rasoir. La plus simple, la plus rapide, un coup de rasoir sous la douche et il n’y parait plus.
Pour autant, cette méthode d’épilation est la moins durable de toutes… et nous ne saurions que trop vous encourager à choisir une autre technique si vous voulez un résultat durable !

– S’ Epiler à la Crème dépilatoire

Douleur : 0/10
Durée de l’épilation : 4/10
Vient ensuite l’épilation à la crème dépilatoire. On étale la crème, on attend quelques minutes, on rince et hop, les poils on disparu. Indolore, cette méthode d’épilation n’est en revanche pas très durable.

– S’ Epiler à la Cire

 Epilation à la cireDouleur : 3/10 à 8/10 pour les zones les plus sensibles, comme le maillot
Durée de l’épilation : 5/10
Epilation à la cire chez soi ou en institut, cette méthode d’épilation est la plus durable des épilations éphémères !
Elle permet d’être tranquille pendant 3 semaines à 1 mois. Idéal lorsque l’on part en vacances, par exemple, et qu’on veut une épilation du maillot, des aisselles ou des jambes parfaites.
Son bémol ? La douleur, plus importante que le rasoir ou la crème dépilatoire puisque l’épilation à la cire arrache le poil, quand les deux premières méthodes se contentent de le couper.

– S’ Epiler à la Lumière pulsée

Douleur : 6/10
Durée de l’épilation : 6/10
L’épilation à la lumière pulsée est réalisée au moyen d’une “lampe flash” qui dispense de la lumière intense pulsée. Cette lumière réduit jusqu’à 60{c431b55d7872b22efe0b98c97b179fcedc8d04f61ae4055ccb696c21e7e00e3e} de la pilosité. Il s’agit d’une méthode temporaire : le poil repousse au bout de 12 mois. E
lle est moins douloureuse que le laser, mais pas efficace à long terme et dangereuse car pratiqué par n importe qui. Des procédures judiciaires en cours montrent l’interdiction de cette procédure par des non Medecins.

2- Épilation définitive : Le laser

epilation lumiére pulséeDouleur : 8/10
Durée de l’épilation : 10/10
Le laser est un appareil médical dont le réglage précis, en fonction de la peau et de la pilosité de chaque patient, est le garant d’un traitement efficace.
Ces réglages font que seul un médecin est habilité à pratique l’épilation au laser !
Techniquement, le laser diffuse une lumière qui détruit le pigment du poil, appelé la mélanine, et élimine le poil à sa racine. Le laser permet d’éradiquer définitivement plus de 90{c431b55d7872b22efe0b98c97b179fcedc8d04f61ae4055ccb696c21e7e00e3e} des poils, d’où son appellation de dépilation définitive.
Là encore, cette technique d’épilation est assez douloureuse mais des crèmes anesthésiantes permettent de faire disparaître cet inconvénient … le jeu en vaut la chandelle !

– Épilation définitive : Electrique

Douleur : 10/10
Durée de l’épilation : 10/10
Il s’agit de la plus vieille de ces trois méthodes définitives. Elle est très douloureuse et s’effectue poil par poil, pour un résultat définitif, très longue et abandonne.

– Épilation à la maison

Douleur : 6/10
Durée de l’épilation : 6/10
De plus en plus de marques proposent des appareils d’épilation définitive à utiliser chez soi, pour un résultat largement moins cher qu’en institut. Côté résultat, néanmoins, rien ne vaut l’expertise d’un médecin laseriste.

Vous souhaitez plus de détails sur chacune de ces méthodes d’épilation ?
Vous voulez savoir combien coûte une épilation définitive au laser ?
Combien de temps dure le traitement ?
Quelle est la différence entre lumière pulsée et laser ?
Quand peut-on voir les premiers résultats ? Est-ce douloureux ?
Comment lutter contre la repousse ?
Quelles sont les nouveautés produits en matière d’épilation au rasoir ou à la cire ?

>> Consultez notre site internet  www.laserlonchamp.com
Et n’oubliez pas… Sus au poil !
Epilation laser VS épilation lumière pulsée : quelle technique choisir ?

Epilation laser VS épilation lumière pulsée : quelle technique choisir ?

Epilation laser VS épilation lumière pulsée :
quelle technique choisir ?

Epilation laser VS épilation lumière pulsée : quelle technique choisir ?Ces deux techniques d’épilation sont des actes médicaux et doivent être obligatoirement réalisées par des médecins qui sont seuls habilités et formés à faire des actes d’épilation (autre que la cire ou la pince) d’après la loi française.

Épilation au laser

Le laser est une technologie utilisée depuis plus de 20 ans et qui a donc fait ses preuves. Il s’agit d’un appareil médical dont le réglage précis, en fonction de paramètres spécifiques (bilan de santé, type de peau et pilosité) permet d’apporter au patient un traitement efficace.
Le laser émet un faisceau lumineux très intense de très faible diamètre, qui atteint le follicule pileux. La lumière émise par le laser est absorbée par la mélanine (le pigment du poil) et pulvérise le poil sans endommager la peau.

Le laser permet de supprimer définitivement plus de 85{c431b55d7872b22efe0b98c97b179fcedc8d04f61ae4055ccb696c21e7e00e3e} des poils, d’où son appellation d’épilation définitive. Les résultats sont en général visibles dès les premières séances.
Le laser est une technique qui peut traiter tous les types de peaux, de la plus blanche à la plus foncée. Pour une peau mate ou bronzée, il faudra utiliser un laser spécifique (laser Yag) dont tous les centres laser médicaux ne sont pas encore aujourd’hui équipés.

La lumière pulsée

La lumière pulsée a été proposée comme solution de rechange aux lasers car elle est beaucoup moins onéreuse à l’achat. Elle est beaucoup moins efficace que le traitement laser.
Aujourd’hui n’importe qui fait de la lumière pulsée mais la loi n’autorise que 2 méthodes d’épilation à des non-médecins : la pince ou la cire. Le laser et la lumière pulsée doivent obligatoirement être réalisés par des médecins.
L’épilation à la lumière pulsée est réalisée au moyen d’une “lampe flash” qui dispense de la lumière intense pulsée. Cette lumière supprime la pilosité en détruisant la mélanine.
Il s’agit d’une méthode d’épilation qui n’est pas définitive : le poil repousse au bout de 2 à 3 ans.
Les peaux foncées ne peuvent pas pratiquer cette technique à cause des risques de brûlures ou de décoloration de la peau.

En conclusion l’épilation au laser est une technique très efficace, plus professionnelle que la lumière pulsée.

Il est important de bien sélectionner son centre d’épilation et la technique qu’il propose. L
e mieux reste toujours de choisir un centre d’épilation médicalisé ce qui permet d’éviter les risques de brulures (mauvais réglage de la lampe flash) ou les risques sur la santé (en procédant à un bilan de santé préalable).

Conseils avant une épilation laser

Conseils avant une épilation laser

Conseils avant une épilation laser

Conseils avant une épilation laserSi vous avez régulièrement des poils incarnés, que vous vous coupez souvent avec votre rasoir, que la cire vous fait trop mal ou vous dérange ou tout simplement que vous en avez par dessus la tête de vous épiler à longueur de temps, vous avez probablement pensé à l’épilation au laser.
Cette épilation vise à éliminer définitivement les poils afin d’avoir la peau douce et parfaite toute l’année.

Les promesses de l’épilation
laser sont-elles réelles ?

Il y a plusieurs éléments importants que vous devez savoir sur cette technique afin d’être sûr qu’elle soit adaptée pour vous. Donc, pour vous aider à peser le pour et le contre, nous avons compilé des infos primordiales à connaître avant de vous lancer dans une épilation définitive.

votre épilation laserL’épilation au laser consiste à faire passer un faisceau laser à travers la peau qui va s’attaquer aux follicules pileux grâce à une chaleur très forte, celle-ci va stopper définitivement la croissance du poil.

Cependant, nos poils ne poussent pas tous en même temps et seuls les poils étant au stade le plus évolué vont subir la chaleur du laser et ne plus repousser, les autres étant en phase de début de pousse devront être traités plus tard, il faut donc plusieurs séances pour obtenir un résultat satisfaisant.

Autre fait à prendre en compte, le laser n’est pas efficace de la même façon selon les parties du corps traitées. Plus la peau est fine, plus il sera facile pour le faisceau d’atteindre la racine du follicule pileux, ainsi, les aisselles représentent la zone idéale, au contraire, le dos, les cuisses ou le menton nécessitent plus de séances.

Malgré les séances d’épilation, certains poils réapparaîtront, cependant ils seront très très fins et de couleurs quasi invisible…

Couleur de cheveux et pigmentation de la peau

Les cheveux et la couleur de la peau ont une importance primordiale et doivent être pris en compte afin d’obtenir une épilation réussie et sans danger car le laser s’attaque aux pigments colorés des poils, c’est de cette façon qu’il les élimine.
C’est pour cette raison qu’une épilation au laser agira plus rapidement sur une peau claire et des poils foncés. Il est d’ailleurs tout à fait déconseillé de pratiquer une épilation définitive sur une peau bronzée, que ce soit au soleil ou via des autobronzants.

Néanmoins, un tout nouveau type de laser existe  il permet désormais de traiter au laser tous les types de peaux. Nous avons ces types de laser alexandrite et yag.

Plusieurs séances seront nécessaires

L’épilation au laser ne vient pas à bout de tous vos poils en une seule séance, il faudra être patiente avant de constater un résultat convaincant.

Pour obtenir une épilation dite « définitive » comptez au moins 5 séances. Chaque séance sera espacé d’environ 5 à 7 semaines afin de laisser le temps de pousser aux poils qui n’ont pas été éliminés lors des séances précédentes.

Chaque personne réagit différemment vis-à-vis de ce traitement.

L’épilation laser, Est-ce douloureux ?

Ce n’est pas un massage. ce n est pas agreable . Mais heureusement, la douleur est très faible et des personnes la supporte sans aucun problème , pour le maillot nous conseillons systématiquement une crème anesthésiante.

La douleur sera plus forte sur les zones où la peau est plus fine sachez que si vous ne parvenez vraiment pas à supporter la douleur, il est possible d’appliquer une crème locale anesthésiante qui diminuera vos sensations pendant le temps de la séance.

Soyez très vigilant au niveau du choix du centre laser

L’épilation laser n’est pas un acte anodin, il est donc indispensable de s’assurer que la procédure est effectuée par un médecin qualifié et compétent.

Il faut mieux parfois payer un petit peu plus cher mais s’assurer de se trouver entre de bonnes mains plutôt que de sauter sur une offre alléchante qui vous décevra voire mettra en danger votre santé.

Y a-t-il des effets secondaires à l’épilation laser ?

Comme pour toute intervention medicale il peut y avoir des effets secondaires. Le plus souvent, les patients ressentent une gêne, des démangeaisons, un gonflement et une légère rougeur sur la zone traitée durant quelques jours après la séance. Des petits boutons et une décoloration de la peau passagère peuvent aussi apparaître.

Afin d’éviter tout problème, il est prudent de ne pas s’exposer au soleil, ou alors en utilisant de l’écran total uniquement, pendant 2 semaines avant le traitement et 3 semaines après le traitement, c’est pourquoi il est conseillé de réaliser l’épilation laser en dehors de la période estivale.

Et le prix ?

Le prix dépendra évidemment de la taille de la zone à épiler, plus elle sera grande plus le prix augmentera. Pour une épilation définitive des jambes complètes, comptez de 240 à 280 euros la séance, pour les aisselles 60 euros. Certes ces tarifs sont conséquents mais voyez ça comme un investissement et un gain de temps considérable à l’avenir.

Attention ne confondez pas le laser et la lumière pulsée. Les résultats sont mauvais avec la lumière pulsée aucun diplôme n’est requis, le prix est très souvent le même qu’avec le laser et la publicité commerciale attire un public qui regrette toujours cette technique. Des études ont montré que la lumière pulsée est très peu efficace sur l’épilation.

Le laser reste la technique de référence pour une épilation de très longue durée. 

Vous avez désormais toutes les cartes en main pour faire votre choix.

Epilation par Lumière pulsée : Attention danger

Lumière pulsée : Attention danger

” Brulures et absence de dépistage de cancer de la peau “

Epilation à la lumière pulséePour supprimer définitivement leur pilosité de nombreuses femmes mais aussi de plus en plus d’hommes ont recours à l’épilation au laser ou à la lumière pulsée Ces techniques ont un objectif identique : permettre la destruction du bulbe du poil.
Strictement réservé au médecin l’épilation au laser ou à la lumière pulsée est proposée par des Instituts esthétiques avec un risque réel de brûlure mais aussi de masquer une lésion cancéreuse débutante…

Strictement réservé au médecin l’épilation au laser ou à la lumière pulsée

« L’utilisation de lampes flash par des esthéticiennes a déjà été à l’origine de brûlures et de cicatrices chez certaines patientes », explique le Dr Corinne Jouanique, dermatologue à Paris.
Les lampes flash ne devraient pas être utilisés par des non-médecins. La loi et la jurisprudence l’interdisent mais « c’est encore trop souvent le cas. »
Les médecins utilisent davantage les lasers : « La longueur d’onde du laser vise spécifiquement le pigment du poil. A l’inverse, la lampe flash a un spectre plus large risquant de s’arrêter sur l’épiderme et de le brûler », explique la dermatologue.

Des brûlures superficielles certes, mais qui peuvent laisser des traces pigmentées inesthétiques…

Malheureusement en raison du prix, certaines patientes privilégient les salons d’esthétique aux cabinets médicaux. Mais en réalité, « elles ont déjà dépensé 1 500 à 2 000 euros chez l’esthéticienne quand elles nous consultent et ont encore des poils… », raconte-t-elle.

 En effet, les techniques des médecins sont plus sûres et efficaces.

« Le laser est d’autant plus efficace qu’il est réalisé sur des poils en phase de croissance. Du coup, en 4 à 6 séances, les demi-jambes peuvent être épilées pour environ 260 euros la séance. »

Encore plus problèmatique, l’utilisation de la lampe flash pour traiter sur le visage les taches de soleil ou de vieillesse devient courante. Pourtant certaines lésions cancéreuses leur ressemblent au début. Une esthéticienne est incapable de les dépister et risque en plus de les masquer… La patiente peut alors perdre du temps dans le diagnostic et le traitement d’un éventuel cancer de la peau.

Il est donc très important de toujours consulter un médecin pour traiter les taches sur le visage.

Des esthéticiennes condamnées pour exercice illégal de la médecine

Au coup par coup, les tribunaux français condamnent en effet régulièrement des instituts de beauté. En savoir +…

http://www.elle.fr/Societe/News/Epilation-definitive-la-guerre-du-poil-entre-dermatologues-et-instituts-2704550

Épilation au laser et exercice illégal de la médecine

Épilation au laser et exercice illégal de la médecine

comdamation-exercice-illégal-de-la-médecineCinq esthéticiennes, poursuivies par des médecins pour «exercice illégal de la médecine» car elles pratiquaient des épilations à la lumière pulsée, ont été condamnées à Lorient pour exercice illégal de la médecine avec confiscation de leur matériel.

En effet selon la loi  et la jurisprudence “seuls les docteurs en médecine sont autorisés à pratiquer une épilation qui utiliserait une autre technique que la pince ou la cire”.

L’utilisation de lampes flash par des esthéticiennes a déjà été à l’origine de brûlures et de cicatrices chez certaines patientes.

De plus  ces machines ne servent pas uniquement à l’épilation,  elles sont également utilisées pour traiter les taches sur la peau.
Or un mélanome est difficile à diagnostiquer et quand une esthéticienne enlève une tache au laser elle est incapable de les dépister et risque en plus de les masquer…
La patiente peut alors perdre du temps dans le diagnostic et le traitement d’un éventuel cancer de la peau. C’est donc une question de santé publique

Sources :

http://www.topsante.com/beaute-et-soins/soins-du-corps/epilation/trois-instituts-condamnes-pour-l-epilation-par-lumiere-pulsee-55433

http://www.leprogres.fr/faits-divers/2014/09/10/epilation-a-la-lumiere-pulsee-une-estheticienne-condamnee-tzgo

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/03/31/22172-epilation-laser-exercice-illegal-medecine

http://www.elle.fr/Societe/News/Epilation-definitive-la-guerre-du-poil-entre-dermatologues-et-instituts-2704550

http://www.ladepeche.fr/article/2012/08/11/1417257-epilation-definitive-le-cauchemar-de-pauline-b.html

http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-epilation-par-lumiere-pulsee-cinq-estheticiennes-condamnees-15069.asp?1=1

http://www.liberation.fr/societe/2014/12/08/cinq-estheticiennes-condamnees-pour-des-epilations-par-lumiere-pulsee_1159471

épilation laser des aisselles

Les offres en épilation laser

Les offres  du Centre Laser Longchamp

le centre laser Lonchamp vous propose les offres Internet en épilation laser. 

Ces offres sont directement accessibles sur notre site par paiement sécurisé en ligne ou par téléphone au 04 92 00 21 36.

Ces offres sont limitées à un bon par zone par personne, mais vous avez la possibilité de cumuler les zones. Toutes les séances d’épilation se font exclusivement sur rendez-vous. Pour les autres parties du corps un devis précis sera réalisé lors d un test gratuit dans notre centre laser

Search

+